Miuccia Prada

De communiste convaincue à PDG

Miuccia Prada est une figure romanesque ; petite-fille du fondateur de la marque, elle ne se destinait pas à une carrière dans la mode, dédaignant tout d’abord ces futilités pour l’étude de la philosophie, puis de l’art du mime. Elle ne sait ni coudre ni dessiner lorsqu’elle hérite de l’entreprise familiale, et tracte à Rome pour le parti communiste, toute habillée en Saint Laurent. Quelle figure atypique, mais quel apport à la mode ! Car Miuccia Prada intellectualise le vêtement, elle habille ses idées. Et elle conservera dans sa marque les basiques avec lesquels elle s’est elle-même toujours habillée : des imprimés vintages et des uniformes. 

Ce qu’elle propose n’a rien à voir avec le joli, le glamour ou le décoratif : laissons cela aux bourgeois, c’est une aristocrate qui nous parle, et qui se fiche des toquades passagères de ses confrères. Les chaussures à plateforme s’imposent, les jupes plissées de mamma italienne font fureur, le sac Prada en nylon noir, si acheté, si copié, inverse l’échelle des valeurs du luxe. Ses clientes ne payent plus pour du crocodile, mais pour un tissu banal, orné d’un peu du mythe Prada. Son vocabulaire artistique est complexe, inspiré par la littérature, la peinture - Miuccia est un mécène de premier ordre, qui a lancé en 2015 sa propre fondation, réalisée par Rem Koolhas – énigmatique et ludique. 

Et les femmes dans tout ça ? Elle ne les oublie jamais, produisant une mode étonnante mais sensuelle, un vestiaire parfois viril mais toujours sexy, ce qui fait de ses défilés les plus attendus et de sa marque l’une des plus recherchées des fashion victims. Nous sommes très heureux de vous proposer quelques belles pièces indémodables de cette grande créatrice dans notre vente de cette semaine. 

Découvrir plus

?

Enchères en ligne

Le mode d'emploi pratique
pour démarrer tout de suite

Lire l'article
Vendez sur kiobuy

Un service simple et transparent dédié aux maisons de ventes