Azzedine Alaïa

Hommage à un vrai grand

Si vous demandez à n’importe quel professionnel de la mode quels sont les derniers mythes de la haute couture qui viennent de nous quitter, Hubert de Givenchy et Azzedine Alaïa, dont nous vous présentons de très belles pièces dans notre vente de cette semaine, seront les premières cités. Discret, peu loquace, Azzedine Alaïa, petit par la taille et immense par le talent, a bâti depuis sa naissance au début des années 40 en Tunisie à sa mort l’hiver dernier un empire du style, loin du bling bling et du marketing. Quant aux femmes et aux stars, elles sont totalement accros à son indémodable travail qui survole les modes de robe sculpturale en veste noire et lumineuse. 

Né de parents espagnols, élevé par sa grand-mère à Tunis, il fréquente assidument le cinéma Ciné Soir où il découvre les vedettes qu’il finira par habiller. Il ment sur son âge pour faire plus jeune que prévu les Beaux-Arts de Tunis, et s’envole pour Paris où il a trouvé une place chez Dior. Renvoyé, car il n’avait pas de papiers, il travaille alors pour Charles Jourdan : sa première collection de chaussures qualifiée de sadomasochiste n’est pas diffusée, mais elle le fait remarquer de quelques journalistes. Il finit par s’installer à son compte, et attire le tout Paris, d’Arletty à Greta Garbo en passant par les danseuses du Crazy Horse. Il ne fait pas de collections : il coud pour des clientes, et ses vêtements ne sont disponibles qu’à l’atelier. Une certaine idée du luxe, de l’exclusivité, mais aussi de l’artisanat d’exception. Fasciné par le corps, et les chutes de rein, il exalte une sensualité féminine qui fait dire aux femmes qu’elles ont enfin trouvé la robe de leur vie. 

Il ne fait pas défiler ses modèles ; les mannequins investissent son appartement, Naomi Campbell, Linda Evangelista ou Stephanie Seymour se battent pour porter ses créations, ou pour diner dans sa cuisine parisienne aux côtés de Tina Turner ou de Michel Rocard. 

Personnalité et style atypique, Alaïa pouvait sans emphase excessive être qualifié de génie de la couture. Ses vêtements sont devenus des institutions, des pièces de musée… N’hésitez pas, Alaïa se mérite, se fait rare, et son style amoureux et respectueux des femmes a disparu avec lui. 

Découvrir plus

?

Enchères en ligne

Le mode d'emploi pratique
pour démarrer tout de suite

Lire l'article
Vendez sur kiobuy

Un service simple et transparent dédié aux maisons de ventes